Notre mission : réduire la fracture numérique

L’objet de la Fondation est de réduire la fracture numérique.
Si cette notion faisait référence il y a quelques années à un déficit d’équipement chez une partie de la population, on constate que ces inégalités se sont poursuivies dans l’utilisation qui est faite de l’outil informatique : on peut ainsi posséder un ordinateur, une tablette ou un smartphone sans pour autant savoir comment effectuer ses démarches administratives en ligne, ses recherches d’emploi, construire son CV ou simplement décrypter la masse d’informations disponible en continu sur la toile…

Notre cible

Des études récentes révèlent que parmi ces français déclarés non ou mal-connectés, se trouve une majorité de seniors, de personnes non-diplômées et des foyers à bas revenus. Cette rupture technologique a pour effet de maintenir les personnes concernées dans une situation d’isolement et/ou de précarité, c’est donc en priorité à ce public que la Fondation veut s’adresser en axant son intervention sur l’insertion professionnelle et l’intégration sociale des personnes fragilisées.
De même, parce que le numérique est un sujet à part entière avec sa culture, ses codes et ses propres éléments de langages, plus on en acquiert tôt les fondamentaux, plus il est facile de se l’approprier. Pour répondre à cet objectif, l’accent est également porté sur les projets d’éducation au numérique destinés aux plus jeunes.

Notre action

La Fondation accompagne les projets d’équipement et de formations au numérique par un soutien essentiellement financier. En fonction des besoins elle peut aussi proposer la fourniture de matériel revalorisé via des associations partenaires.

… Et soutenir la promotion du logiciel libre

Un logiciel est libre lorsqu’il peut être :
exécuté, étudié, redistribué et modifié.
Cela implique que chacun puisse avoir accès à son code source.

Les associations qui défendent cette culture du Libre fondent leur mouvement sur plusieurs aspects : si le plus évident se rapporte à une vision critique de la position dominante des « géants » de l’informatique, ce qu’elles défendent avant tout c’est la possibilité pour les usagers de garder le contrôle de leur activités (et données) sur la toile.
Mieux encore, elles considèrent qu’un logiciel libre peut être plus performant qu’un logiciel « propriétaire » car en constante amélioration : l’aspect collaboratif est un point essentiel de la culture Libre, sa philosophie veut que chacun puisse être en mesure d’apporter sa contribution pour remédier, sinon du moins signaler, les possibles défaillances du système.
Elles s’appuient donc sur une approche active des usages des technologies et refusent à l’inverse de se placer dans une situation de passivité à l’égard des services fournis par les grands acteurs du numérique.

Gee, licence CC by-sa

Simon Gee Giraudot, licence CC by-sa

En accord avec cette philosophie d’un logiciel accessible et utilisable par tous, la Fondation héberge gracieusement les serveurs de ces associations et contribue régulièrement aux événements qu’elles organisent.